Il y a toujours quelque chose de spécial au sujet d’un périple estival en voiture qui peut faire réfléchir même les voyageurs les plus aguerris. En tant qu’enfant, il y avait toujours de l’excitation lorsque notre famille mettait les bagages dans la voiture pour aller en vacances, surtout lorsque nous allions prendre un traversier pour nous rendre en Nouvelle-Écosse. L’odeur distincte de l’eau salée avec un soupçon d’échappement diesel marine étaient gage de l’aventure qui nous attendait. Dans cet esprit, je suis monté à bord du Atlantic Vision à Argentia lors d’une soirée ensoleillée de juillet en direction de North Sydney, avec un retour par Port aux Basques sur le Blue Puttees prévu pour le lendemain. Que l’aventure commence!

Alors que je montais à bord du navire en voiture, je ne pouvais m’empêcher de remarquer la diversité de notre clientèle alors que des touristes canadiens, américains et européens semblaient être partout. Leur enthousiasme de voir la baie Placentia lors d’une belle journée d’été était très révélateur. Vos sens s’éveillent avec les belles vues panoramiques, les sons des vagues et des oiseaux de mer, le vent qui caresse votre visage, l’odeur unique de l’océan et le goût subtil de l’air salé qui émane de l’eau.

Étant un Terre-Neuvien, je ne me lasse jamais de me trouver près de l’océan. Pour les nombreux touristes à bord du navire, ils en faisaient probablement l’expérience pour la première fois. Les visages souriants racontaient une histoire, leur stupéfaction alors qu’ils regardaient les îles à l’horizon et l’espoir que les ondulations sur l’eau étaient produites par une baleine qui se préparait à sauter hors de l’eau.

Alors que nous traversions la baie de Placentia, les ponts extérieurs sont devenus moins bondés puisque les gens se rendaient à l’intérieur pour se procurer de la nourriture et des rafraîchissements. Il y avait beaucoup de gens heureux dégustant un repas pendant qu’ils regardaient par la fenêtre le coucher de soleil derrière un brouillard persistant à l’horizon. Un jeune couple parlait même de l’heure qu’ils se lèveraient pour voir leur premier lever de soleil sur l’océan.

Sur la traversée de retour par Port aux Basques, vous pouviez à nouveau ressentir l’excitation parmi les nombreux clients. J’ai entendu un homme âgé qui pouvait à peine contenir sa passion alors qu’il parlait de ses jours en mer et des grandes améliorations apportées aux navires au fil des ans. Il y avait des enfants debout sur la balustrade totalement fascinés devant la taille du navire. Il y avait des clients qui se sentaient comme s’ils étaient à bord d’un navire de croisière. Et des caméras, des dizaines et des dizaines de caméras!

Que ce soit l’aventure, nos équipages qui offrent l’expérience ou la promesse du voyage à venir, il y a des milliers d’histoires qui sont rendues possibles chaque année grâce au service de Marine Atlantique. Alors que nous arrivions à Port aux Basques et son magnifique paysage d’une beauté naturelle, j’ai entendu une remarque faite par un couple américain : « Pourquoi prendre l’avion, nous manquerions tout cela. ». Je n’aurais pu moi-même mieux résumer un voyage avec Marine Atlantique.