Sid Hatcher a commencé à travailler chez Marine Atlantique en 1959, alors que l’entreprise était connue sous le nom de la Société des chemins de fers nationaux du Canada. Son premier poste fut sur le William Carson.

« Mon père m’avait donné un ultimatum », dit Sid. « Trouve un emploi ou tu retournes à l’école, et je ne voulais pas retourner à l’école. »

Son projet consistait à se joindre à l’Aviation royale canadienne. Mais un jour, un ami de la famille qui travaillait sur le William Carson lui téléphone et lui dit de faire ses valises et le lendemain matin, il montait à bord du navire.

Comme premier poste, il était commis à la cafétéria, servant le thé et le café aux touristes. Il était également chargé de servir le petit déjeuner complet qui était composé, comme il le précise, d’œufs, de bacon, de rôties, de la mortadelle et de jus pour seulement 1 $.

Il a travaillé sur le William Carson jusqu’en 1966 avant de passer au Leif Eiriksson, où il est éventuellement devenu chef steward. Sid a poursuivi sa carrière au bureau du superviseur de la formation de la flotte à Halifax en Nouvelle-Écosse et en 1995, il est devenu chef steward principal. Il a pris sa retraite le 29 février 1996; il dit d’ailleurs que c’était techniquement il y a 4 ans en raison des années bissextiles.

Sid a travaillé pour Marine Atlantique pendant 38 ans, et il considère avoir vécu une vie des plus intéressantes. L’une de ses expériences les plus mémorables avec Marine Atlantique a été lorsque le William Carson est resté coincé dans la glace pendant plus de sept jours entre Port aux Basques et North Sydney. On avait alors ancré le navire dans un champ de glace plutôt que de risquer de naviguer vers le port de North Sydney dans un blizzard avec des vents de 50 nœuds. Lorsqu’on a essayé de continuer la traversée, le navire se trouva coincé.

« Il y avait environ 45 passagers à bord lors de la traversée », dit Sid. « Des vivres ont dû être transportées par avion. Heureusement pour nous, nous avions un purificateur d’eau à bord, nous pouvions donc purifier l’eau salée et la boire. Lorsque nous avons accosté, tout ce qui nous restait à bord était une hanche de bœuf et un demi-sac de pommes de terre ».

Pour passer le temps alors que le navire était coincé dans la glace, ils ont joué plus de 700 parties de rami et à « colle la cenne ». Selon Sid, les passagers ont très bien réagi à l’incident. Il a même fait une blague à l’effet que les passagers en ces jours n’étaient pas trop pressés de se rendre à leur destination.

Une fois le navire libéré de la glace, et finalement amarré à North Sydney, l’équipage a été changé et ils ont pu rentrés chez eux en train.

Le magazine LIFE a d’ailleurs partagé des images du William Carson prises au cours de ces 7 jours dans la glace. Il y a des images de passagers à bord qui regardaient à partir du pont lorsqu’ils sont arrivés au port. Sur une des photos, on peut d’ailleurs voir un jeune Sid Hatcher sur un pont du navire.

Vous pouvez consulter l’article du magazine LIFE mentionné dans ce blogue ici.

*Images du magazine LIFE Vol. 50, No. 15. 14 avr 1961

                
  • Passengers watch as ship reaches port. Les passagers regardent alors que le navire s’approche du port.

  • U.S Airforce Sergeant Joseph Coonrod and his family Le sergent Joseph Coonrod de la U.S. Airforce et sa famille

  • Sid Hatcher aboard the MV William Carson Sid Hatcher à bord du William Carson

  • “Icebound trip of a stout little ship” "Voyage dans la glace d’un petit navire robuste"